Se laver à Saint-Etienne hier et aujourd’hui

Billet écrit par Linda Guerry, Claire Lévy-Vroelant et Julie Pelata.

La séquence historique de la préséance de l’action municipale est-elle derrière nous, à la faveur de la démocratisation de la salle de bain à domicile et de la rénovation urbaine ? Les douches sur le lieu de travail sont-elles une page désormais écrite, et tournée ?

On trouvera ici quelques jalons de cette histoire, pour mieux penser le présent.

La ville comptait cinq bains-douches il y a plus de trente ans. Il ne reste plus qu’un établissement situé au bas du Crêt-de-Roc, rue du Treyve (voir photo 1 et 2). Nous y avons enquêté et trouvé un lieu propre et accueillant, plébiscité par ses usagers, qui offre une salle de huit douches pour hommes et une autre salle de sept douches pour femmes, dont deux sont accessibles aux personnes à mobilité réduite. Qui sont les usagers de cet établissement ? Des personnes âgées qui préfèrent prendre leur douche dans un lieu sécurisé, des jeunes en mobilité et qui, pour certains, dorment dans la rue ou dans leur voiture, des femmes qui savent y trouver un accueil attentionné par le nouvel agent, Jean-Maxime Chave, qui remplace Georges Crépinge en poste depuis 1982. Merci à eux pour les entretiens qu’ils nous ont accordés.

« Au départ », confie Monsieur Crépinge, « les bains-douches, c’était surtout pour les écoles, et puis pour toutes les familles qui étaient en gros défavorisées, et qui n’avaient pas de sanitaires dans les appartements, tout simplement. Et au niveau de Saint-Étienne, donc, y avait 5 bains-douches, qui se situaient dans le quartier du Soleil, à Tardy, à Terrenoire et à La Veüe ». (…) Lorsque je suis arrivé en 1982, y avait beaucoup de scolaires qui venaient. ».

Aujourd’hui, on parle de « dépannage » pour les personnes privées – même temporairement – de ce confort à domicile et qui doivent se rabattre sur cet unique établissement :

« On a un problème de douche pour le moment, donc du coup, on fait 30 km une fois par semaine au moins, on essaie, voilà! […] Il faut pas qu’elles ferment, nous on a regardé, c’est la dernière, même à Saint-Étienne, non? » (extrait de l’entretien d’un couple rencontré le 6/12/21)

Le bain-douche du quartier du Soleil, rue Louis Soulié, est à présent désaffecté (photo 3), tout le quartier étant concerné par un vaste plan de rénovation. Un club de boxe en occupe encore une partie, dans le gymnase inclus dans le bâtiment aux douches désormais inutilisables (voir photos 4 et 5). L’établissement de Tardy, au 60 rue Vaillant Couturier, a été vendu à un particulier en 2005. Nous avons rencontré le nouveau propriétaire, très attaché à l’histoire des lieux aujourd’hui transformés en trois logements. Quant au bain-douche de la Veüe, place Coraly-Royer, il est aujourd’hui un gymnase uniquement.

Mais l’histoire des douches et des bains ne s’y limite pas à l’action municipale, certes décisive. Le bras de fer qui oppose à l’initiative publique les baigneurs privés et les commerçants riverains des emplacements pressentis, débute dès le milieu du 19ème siècle. Le ministère de l’Intérieur émet en 1903 un avis qui confirme qu’il peut être créé à Saint Etienne un service public de bains toutefois limité à des bains gratuits ou à prix réduits, dans l’intérêt de l’hygiène publique dont la ville a la garde, avis confirmé par le Conseil d’État en 1906 suite à une plainte d’établissements privés parisiens. Le 26 novembre 1909, le conseil municipal adopte un projet de construction de bains-douches dans chacun des quatre cantons de la Ville :

« Cette question, si intéressante pour l’hygiène publique, vient d’être reprise. Elle se présente dans des conditions nouvelles et très favorables, grâce à la loi du 15 juin 1907, qui a institué un prélèvement de 15 % sur le produit brut des jeux dans les casinos et les cercles, au profit des œuvres d’assistance, de bienfaisance, d’hygiène ou d’utilité publique. »

Les quatre établissements de bains-douches ouvrent en 1913.

Règlement des bains-douches municipaux de Saint-Etienne adoptés en 1913, Archives municipales de Saint-Etienne, 7M26.

Dans cette ville minière, des douches sont aussi installées à proximité des sièges d’extraction, en conformité avec un décret (1911) les rendant obligatoires. Le puits Couriot, où le Musée de la mine a été installé, est le seul conservé parmi les nombreux puits de Saint-Etienne et de la région. La mine a été fermée en 1973 mais l’association des amis du musée de la mine en conserve la mémoire.

 http://www.musee-mine.saint-etienne.fr/

Les mineurs de fonds, après leur harassante journée de 8 heures, se lavaient dans une partie du bâtiment situé sur le carreau de la mine (photo 7), appelée le « lavabo ». Celle-ci comprenait le vestiaire (photo 8) Les ingénieurs avaient leur propre « lavabo » au demeurant assez semblable à celui des mineurs (photo 9). Nous remercions Marie-Caroline Janand, la directrice du musée de la mine et du musée des arts et de l’industrie de Saint-Etienne, à qui nous devons la découverte du lavabo des ingénieurs, et pour le temps qu’elle nous a accordé. La mine, redoutable et redoutée, était aussi une grande famille, objet de représentations fort diverses et d’un imaginaire foisonnant.

Pour conclure ce très rapide survol, on pourrait dire que l’histoire de l’accès à l’eau, à l’hygiène et au bien-être n’a sans doute pas fini de surprendre par ses enseignements et ses mutations dans un contexte désormais incertain. L’épisode Covid a apporté la gratuité, le maintien d’une ville hospitalière passe sans doute par une attention accrue à l’accès à l’eau chaude pour tous.

Photos 1 et 2. Décembre 2021. Les bains-douches de la rue du Treyve. Les horaires d’ouverture ont été réduits mais le service a été assuré pendant toute la crise sanitaire du covid, à la faveur de laquelle la gratuité a été décidée. Côté Homme (sur la photo) comme côté Femmes, la douche est limitée à 20 minutes. C’est la même chose dans tous les établissements de bains-douches municipaux en France. Documentation personnelle CLV et photo Julie Pelata.

Photo 3. Mars 2022. Bains-douches du Soleil, désaffectés. Documentation personnelle CLV

Photos 4 et 5. Mars 2022. Bains-douches du Soleil, côté Club de boxe. Détail de la porte d’entrée. Documentation personnelle CLV

Photos 6 et 7. Mars 2022. Ci-dessus, l’ensemble du puits Couriot. Les douches et le vestiaire (datant de 1948) se trouvent dans le bâtiment du fond à droite sur la photo. Documentation CLV

Le vestiaire, improprement appelé « salle des pendus ». Les mineurs y suspendaient leurs vêtements avant d’endosser leurs vêtements de travail et leur casque. La hauteur des poulies s’explique par la nécessité de nettoyer le sol à l’aide de jets d’eau puissants. Documentation CLV

Photo 8. Mars 2022. Les douches des mineurs (construites en 1948), puits Couriot. Documentation CLV

Photo 9. Le lavabo des ingénieurs (1948). Puits Couriot. On remarque que les douches des ingénieurs sont conçues de la même façon que celle des mineurs de fonds. Les hommes se lavent dans une grande proximité, l’ambiance fraternelle est d’ailleurs soulignée dans la littérature sur la vie quotidienne à la mine.



Citer ce billet
Lucie Bony (2022, 19 avril). Se laver à Saint-Etienne hier et aujourd’hui. Thermapolis. Consulté le 13 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ur9q

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search