Baigner et laver son corps en ville : aménagements, politiques et expériences

Séminaire Lieu et Enjeux – Centre de recherche sur l’habitat

17 juin 2022 (13h30 – 17h30)

ENSA Paris Val de Seine

3-15 quai Panhard et Levassor ; 75013 Paris

Salle 124

Organisatrices : Lucie Bony, Linda Guerry, Claire Lévy-Vroelant, Julia Moutiez

Télécharger le programme

La séance du séminaire explorera différentes formes d’institutionnalisation et d’encadrement du bain et de la douche, de loisirs et d’hygiène (rivières, piscines, bains-douches, douches scolaires) du XVIIIe siècle à nos jours. Comment le bien-être, l’hygiène, la santé, s’articulent ou se distinguent dans la pratique et l’expérience du bain/de la douche, dans leurs aménagements, et leur prise en charge privée, municipale ou scolaire ?

Se baigner à nouveau dans les cours d’eau parisiens ? Réémergence de la pratique et nouveaux enjeux d’aménagement et de gestion des fleuves, rivières et canaux de la métropole francilienne

Julia Moutiez, doctorante au Centre de recherche sur l’habitat

Depuis une quinzaine d’année, nous observons un retour des pratiques et aménagements de baignade en eau vive en Ile-de-France, disparues progressivement au milieu du XXème siècle. Les canaux et rivières de Paris et sa proche banlieue semblent de plus en plus appropriés pour s’y jeter à l’eau, particulièrement lors des grandes vagues de chaleur. Dès 2016, la Ville de Paris lance la promesse d’ouvrir des sites de baignade en Seine et en Marne en héritage des Jeux Olympiques et Paralympiques de 2024, en 2017 un bassin flottant est inauguré dans l’Ourcq à la Villette. La baignade urbaine passe ainsi d’une pratique marginale et confidentielle à un problème public pris en charge par l’action publique, sous la forme du renouvellement des interdictions ou de l’aménagement de lieux dédiés. Cette présentation visera à expliquer ce basculement en cours en s’appuyant sur les premiers résultats de ma recherche doctorale.

Les baignades en rivière en Ile-de-France

Isabelle Duhau, conservatrice, Mission de l’inventaire général du patrimoine culturel

Si l’homme nage depuis la nuit des temps en milieu naturel, la construction d’équipements spécifiques sur les rives de nos cours d’eau ne remonte qu’à quelques centaines d’années. À partir du XVIIe siècle, aux beaux jours, les Parisiens sont nombreux à se baigner dans la Seine, mêlant un souci d’hygiène au plaisir rafraîchissant de l’eau. Au plus près des habitations, la nudité trouble l’ordre public, et des installations spécifiques s’imposent, la baignade sauvage demeurant la règle partout ailleurs dans les lieux isolés. Ainsi, plusieurs établissements de bains voient le jour au XVIIIe siècle, le naturel et l’exercice physique étant mis en avant par les nouvelles théories des Lumières et les médecins se montrant de plus en plus favorables aux bains pour des raisons thérapeutiques. Ces institutions proposent baignoires et bassins collectifs, mais il faut attendre la fin du siècle pour qu’apparaissent les premières écoles de natation. Dès lors, les établissements se multiplient afin de répondre à la demande d’une pratique sportive naissante, tandis que le bain d’hygiène se replie peu à peu dans la sphère privée.

Se laver à Saint-Etienne (1850-2022)

Linda Guerry, historienne associée au LARHRA, Lyon

Claire Lévy-Vroelant, professeure émérite, Université Paris 8

Cette présentation, issue d’une recherche inédite, propose une étude de cas centrée sur la ville de Saint Etienne et ses établissements de bains et douches, du milieu du 19e siècle, moment où les premiers projets émergent, à nos jours. Cette présentation mobilise à la fois des documents d’archives, une enquête de terrain dans le dernier établissement municipal encore ouvert et sur les douches de la mine du puits Couriot. L’analyse portera sur l’émergence d’une politique publique d’hygiène impliquant une multiplicité d’acteurs : ministère de l’Intérieur, Conseil d’État, municipalité, sociétés anonymes, entrepreneurs privés. Seront interrogées les tensions à l’œuvre dans l’élaboration et parfois l’échec de différents modèles de « bains populaires » compte tenu de l’évolution des usages et des prescriptions. Nous présenterons également les réponses architecturales des différents projets souvent liés à des équipements sportifs (piscines et gymnases) et à des conceptions de la propreté et du bien-être. Nous conclurons sur le devenir des bains-douches municipaux et la question de leur patrimonialisation.

Les bains-douches scolaires, redécouverte d’une politique et son patrimoine

Pauline Rossi, Chargée d’études – DAC Ville de Paris

Le département d’histoire de l’architecture et archéologie de la Ville de Paris (DHAAP, direction des Affaires culturelles) a redécouvert, à l’occasion de l’étude d’un projet intéressant une pièce située au sous-sol d’une école du 14e arrondissement, une salle de douches réservée aux enfants. Une enquête a été ouverte, afin de faire la lumière sur cette politique oubliée que la Ville de Paris a conduite entre les années 1910 et 1930. Alors que la Ville avait développé un service et d’infrastructures de bains-douches municipaux, une quinzaine d’écoles se seraient vues dotées de ce type d’installations, exclusivement réservé aux élèves, afin de proposer non seulement des équipements spécifiques coupés de la population adulte, mais aussi pour que l’école puisse jouer un rôle dans l’apprentissage de l’hygiène. La période concernée est courte, mais elle correspond à un moment fondamental pour la naissance de l’architecture hygiéniste. Deux installations ont pu être redécouvertes, laissant entrevoir la mise au point d’un équipement standardisé mais de grande qualité. Une enquête menée par le DHAAP a en outre permis de mieux se figurer l’ampleur du déploiement de l’équipement mais aussi, sa progressive disparition, tant en terme d’usage que de patrimoine. Ce sont les résultats de cette étude qui seront présentés.



Citer ce billet
Lucie Bony (2022, 25 mai). Baigner et laver son corps en ville : aménagements, politiques et expériences. Thermapolis. Consulté le 13 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ur9s

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search