Se laver à Albi hier et aujourd’hui

Billet écrit par Lucie Bony

Albi est l’une des plus petites communes de France à avoir conservé son service de douches municipales. J’avais également été intriguée par l’existence d’une « association des amis des douches municipales », évoquée dans la presse, et unique en son genre…

Mes recherches aux archives municipales m’ont fourni quelques informations sur l’existence d’un premier établissement de bains dès le 19ème siècle : les “Bains de Verdusse”, possédés par la Mairie d’Albi et gérés par un « fermier », comptaient 18 baignoires[1].

Ces recherches aux archives m’apprennent également l’existence, relativement furtive, d’un établissement de douche dans le quartier de la Madeleine, ancien quartier industriel situé sur la rive droite du Tarn (surnommé « le faubourg du bout du pont »). Cet établissement sera construit en 1961 ; les délibérations du conseil municipal consultées ne l’évoquent plus après 1971.


Façade des douches municipales de la Madeleine, Novembre 1960 (Archives municipales d’Albi 281W)

Les personnes rencontrées lors de mon séjour à Albi sont peu nombreuses à se souvenir de ces douches municipales. Grâce à Monique Couffignal[2], investie au Comité de quartier Madeleine Pont Vieux, je fais la rencontre de Gérard Blanc, habitant du quartier de longue date. Alors qu’il était enfant, Gérard Blanc habitait la maison qui a été démolie pour permettre l’élargissement de l’avenue Albert-Thomas et la création du parking au bout duquel a été construit l’établissement de douches. Son père occupait alors la partie droite du bâtiment pour y exercer son travail de coiffeur.

 

Aquarelle représentant les douches municipales de la Madeleine (Documentation personnelle, Gérard Blanc, septembre 2021)

Concernant la fermeture de l’établissement, Gérard Blanc explique « 1971, la mairie vient voir mon papa et lui dit “monsieur Blanc, votre local nous intéresse parce que la poste qui était située là-bas rue de la pompe, c’est pas terrible, les locaux sont vétustes, c’est pas assez grand, c’est pas assez moderne etc. Le local que nous vous louons nous intéresse pour faire la Poste”. […] on enlève le salon de coiffure et on met la poste. Mais en même temps on enlève les douches. Petit à petit elle s’est agrandie. Au début elle n’occupe que la partie droite. Au tout début. […] quand les douches ont disparu, il y a eu les restos du cœur, il y a eu tout un tas de choses comme ça qui ont profité du local pendant quelques temps où il n’y a eu personne. Et petit à petit la poste s’est agrandie ». Aujourd’hui, le bureau de Poste occupe toujours ce bâtiment. A deux pas de là, une association propose un accueil de jour et l’accès à une douche : le Colibri, 4, Rue Porta.

L’actuel établissement de douches municipales d’Albi est construit en 1927. Il est situé boulevard du général Sibille, et est accolé à l’hôpital. Comme de nombreux établissements de l’époque, à la faveur de la Loi du 15 juin 1907[3], il est en partie financé par le produit des jeux.

Façade des douches municipales d’Albi (Documentation personnelle LB)

Cet établissement compte 12 cabines, réparties autour d’un couloir. Un grande salle d’attente permet d’accueillir les usagers : à gauche, on trouvait la chaufferie (aujourd’hui, des machines à laver le linge y ont été mise à la disposition de certain usagers) ; à droite la loge du concierge (aujourd’hui, cette pièce sert de salle de repos pour l’agente chargée de l’accueil et de l’entretien).

Plan des douches minuscules, boulevard Sibille, 3 mai 1927 (Archives municipales d’Albi 4M4)

Si d’importants travaux ont été réalisés en 2013, ceux-ci n’ont pas fondamentalement transformé le lieu : les portes bleues ont été conservées, ainsi que le carrelage ou encore la verrière. Une cabine PMR a été construite, des toilettes ont été placées dans une ancienne cabine. Ainsi, il y a aujourd’hui 9 douches accessibles.

Couloir central des douches municipales d’Albi (Documentation personnelle LB)

Les douches municipales sont ouvertes tous les matins, du lundi au vendredi, de 8h à 12h. Ce service est géré par le Centre Communal d’Action Social (CCAS) de la ville. Pour autant, toute personne qui se présente peut prendre une douche, sans être nécessairement suivie ou envoyée par le CCAS. Une douche coûte 80cts, tout service supplémentaire (location de serviette, savon, shampoing) est facturé 30 cts. Le CCAS peut fournir des bons permettant de se doucher sans frais. Le service de machines à laver et sécher le linge (40 cts ou gratuit selon la situation) n’est accessible qu’aux personnes orientées par un travailleur social du CCAS.

En moyenne, une dizaine de personnes se présentent quotidiennement aux douches municipales : il s’agit de personnes à la rue, mal logées, de personnes âgées fréquentant le service de longue date, de personnes vivant en habitat mobile (camping-car, camion) ou encore de touristes de passage. Comme nous avons pu l’observer ailleurs, on croise une minorité de femmes, et celles qui viennent sont souvent accompagnées par leur conjoint.

Les douches municipales d’Albi ont pour spécificité d’avoir une « association d’amis ». C’est à Janette Gobat que l’on doit cette initiative : cette militante albigeoise, qui fréquentait régulièrement les douches, s’est en effet mobilisée dès 1993 contre un projet de fermeture de l’établissement. L’ancienne agente d’accueil et d’entretien, Conception Sanchez, se souvient : « C’est elle qui a tenu les douches ouvertes. Parce qu’ils voulaient fermer les douches. […] elle avait un bon cœur. Elle avait été deux samedis devant la porte en train de demander des signatures de la pétition. Elle venait se doucher. Quand elle faisait la pétition, je lui avais dit « Janette, j’ai préparé à manger, on mange toutes les deux ». Elle était adorable ». Les membres actuels de l’association confirment : « En 1993. Il y a eu cet article de journal qui a dit que peut-être les douches allaient fermer. Donc notre Jeannette est monté au créneau. 1993 c’était la première suspicion. Et en 1993 elle a mobilisé tout le monde en disant “mais ça suffit il faut agir” et elle a mobilisé tout le monde. Elle a lancé la pétition, avec les signatures etc. pour réclamer le maintien, le maintien des douches »

C’est ensuite en 2008, à l’occasion des 80 ans des douches municipales et du transfert de la gestion des douches au CCAS (elles étaient jusque-là gérées par le service Hygiène), que l’association des amis des douches municipales se crée. Cette association a pour objet : « promouvoir, aider à l’amélioration et assurer la pérennité du service des douches municipales, service à caractère hautement social »[4].

 

Coupure de presse, La Dépêche du midi, 19 janvier 2008 (Documentation personnelle ADDM)

Pendant plusieurs années, cette association a participé à l’animation du lieu : boîte à livres, coin enfant, goûter, cours de chants, conférences, livre d’or, boîte aux lettres pour recueillir les réclamations etc. Elle rend compte de ses activités sur un blog : http://lesdouchesdalbi.canalblog.com/ L’association se donnait également pour objectif de défendre les droits des usagers : par la rédaction d’une charte des usagers et par un suivi étroit de toute décision relative aux douches. L’association était également particulièrement attachée à la défense du droit à l’anonymat des usagers et militait pour qu’une meilleure communication soit faite autour des douches (distribution de flyer, signalisation dans la ville). Si l’association est en sommeil depuis 2015, les deux dernières membres se déclarent prêtes à agir si le besoin se faisait sentir, notamment si l’établissement était à nouveau menacé de fermeture.

Cela ne semble toutefois pas dans les projets de la municipalité et du CCAS : d’importants investissements ont été récemment faits (achat de machines à laver de qualité, changement de la chaudière), d’autres sont projetés (rénovation de la verrière). L’organisation du service des agents du CCAS a également été repensée pour assurer une ouverture continue des douches municipales : en cas d’absence de l’agente responsable de l’accueil et de l’entretien, celle-ci peut être par un collègue du restaurant social l’Entraide, où elle travaille également après la fermeture des douches.

Ainsi, Albi fait partie des rares villes de France qui offrent aujourd’hui encore ce service de douches. Celui-ci contribue à rendre la ville accueillante. Il est très largement plébiscité par les usagers rencontrés lors de mon séjour albigeois, dont les propos ne diffèrent pas de ceux que l’on peut lire dans le livre d’or tenu par l’Association des amis des douches.

Extrait du livre d’or des douches municipales d’Albi (Archives personnelles ADDM)

Je profite de ce billet de blog pour remercier l’ensemble des personnes rencontrées lors de ce terrain réalisé à Albi : j’ai été très touchée par leur accueil et l’intérêt qu’ils et elles ont porté à ma recherche.


[1] Inventaire des objets mobiliers appartenant à la ville contenus dans l’établissement de Verdusse (1882), Archives municipales d’Albi, 4M4

[2] Co-autrice de l’ouvrage “Madeleine Pont-Vieux, un quartier d’Albi dans l’Histoire

[3] Cette loi prévoit un prélèvement de 15 % sur le produit brut des jeux, au profit d’œuvres d’assistance, de prévoyance, d’hygiène et d’utilité publiques.

[4] Déclaration de création d’association – Loi de 1901 (19 janvier 2008), archives personnelles ADDM.



Citer ce billet
Lucie Bony (2022, 8 juin). Se laver à Albi hier et aujourd’hui. Thermapolis. Consulté le 13 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ur9t

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search