Journées d’étude – Gouverner les services sociaux locaux à l’articulation du public et du privé. L’exemple des bains-douches

1er et 2 décembre 2022 – Amiens, Logis du Roy

Ces journées d’étude proposent d’interroger les modes de gouvernance des services sociaux locaux à travers l’exemple des bains-douches, en croisant les approches historiques et contemporaines. Elles visent à présenter les premiers résultats de l’ANR Thermapolis (2021-2024), qui seront discutés et mis en perspectives par des chercheur.es extérieur.es. : soit comme discutant.e.s, soit comme spécialiste d’un sujet proche de celui des bains-douches.

Le public attendu est académique (chercheur.es, étudiant.es), mais aussi issu du secteur social.

Ces journées d’étude permettront d’aborder et de discuter trois perspectives de résultats à mi-parcours de l’ANR Thermapolis :

1/ Une histoire à l’articulation du public et du privé

Au XIXe siècle, les villes comptent de nombreux établissements privés proposant des bains à une population aisée. Après une première tentative d’offre de bains à bas prix à partir du milieu du siècle (loi de 1851 qui subventionne la création d’établissements modèles de bains et lavoirs publics gratuits ou à prix réduits), des installations nouvelles de type « bains-douches » destinés à certains groupes sociaux (indigents, ouvriers, enfants, prisonniers, soldats) se développent à partir de la fin du siècle. Cette nouvelle offre est proposée par divers acteurs : œuvres de philanthropes et sociétés de bienfaisance, hôpitaux, employeurs (secteur public ou privé), municipalités (en concession ou exploités en régie directe par la ville) ; ces derniers établissements dits « à prix réduits » sont le plus souvent installés grâce à des subventions étatiques (loi de 1907) ou financés par les Caisses d’épargne (loi de 1906). À partir des années 1920, de nombreux bains-douches sont créés par les municipalités. Aujourd’hui, malgré les exemples très récents de renouveau de politiques municipales, nous observons une tendance lourde à la « dé-municipalisation » des bains-douches publics depuis la vague de fermeture des établissements municipaux (années 1970-1990), avec un retrait des pouvoirs publics au profit d’acteurs parapublics et privés, du tiers-secteur ou du secteur lucratif.

2/ Diversification des modèles, segmentation de l’offre : les associations au cœur des dispositifs contemporains

Cette « dé-municipalisation » des bains-douches publics se traduit par une diversification des modèles d’établissement et une segmentation de l’offre. A l’instar ce que l’on observe dans d’autres secteurs des services sociaux, existe une tension entre une logique de segmentation des lieux de l’assistance (des lieux pour dormir, d’autres pour manger, d’autres pour se laver, etc.) et la création de lieux à fonctions mixtes (associant des douches à des services sociaux ou non).

L’un des enjeux de cette journée d’étude sera de donner à voir la pluralité des structures et des acteurs offrant actuellement un service de douches. Nous chercherons à comprendre dans quelle mesure les bains-douches, et leurs diverses déclinaisons, sont révélateurs de « nouvelles formes de solidarité ». Nous nous interrogeons sur la fécondité des innovations mais aussi sur les difficultés de leur mise en œuvre.

 3/ Évolution du système d’acteurs et ses conséquences en termes de ciblage de population et d’usages.

Si les bains-douches municipaux qui offrent un accueil inconditionnel peuvent être considérés comme des espaces publics et généralistes, les structures spécialisées, ciblant des publics spécifiques (femmes, migrant.es, personnes sans abri, etc.) ou dont l’accès fait l’objet d’un filtrage (tickets distribués par les centres communaux d’action sociale par exemple), sont des lieux de moindre mixité.

Finalement, des structures associatives ou privées peuvent-elles garantir un accueil inconditionnel ou cette inconditionnalité de l’accès constitue-t-elle une spécificité des structures totalement portées par la puissance publique ? On s’interrogera plus généralement sur les conséquences du mode de gestion des établissements offrant l’accès à des douches sur le profil des « publics » ciblés et atteints ainsi que sur les usages effectifs des lieux.

Programme  et  Affiche

JEUDI 1 DECEMBRE 2022

13h45-14h : Accueil café au Logis du Roy, salle du Sagittaire

14h : Ouverture des Journées d’étude, par Philippe Nivet, Historien, Professeur et Vice-Président Recherche à l’Université de Picardie Jules Verne et par Sophie Chevalier, Anthropologue, Directrice de l’UR Habiter le Monde/Université de Picardie Jules Verne

14h10 : Introduction : Marie Chabrol, Géographe, Maîtresse de Conférences à l’Université de Picardie Jules Verne

 Partie 1. Retour sur une histoire à l’articulation du public et du privé

14h20 : Introduction de la session, par Linda Guerry (historienne, IR INED)

14h30-15h : Linda Guerry (historienne, Ingénieure de recherche, INED), Claire Lévy-Vroelant (Sociologue, Pr. Emérite Paris 8) : « Entreprises privées et services publics des bains et douches en France : conflits et combinaisons (XIXe-début du XXe siècle) ».

14h50-15h20 : Chloé Deligne (Historienne, FNRS/Université Libre de Bruxelles) : « Bains-Douches en Belgique/à Bruxelles : des agencements multiformes dans le long 20e siècle ».

15h-15h30 : Marie Charvet (Sociologue, Maîtresse de Conférences, Université de Nantes) : « Les bains et lavoirs publics modèles subventionnés par la loi du 3 février 1851 : un service municipal ? Les cas de Nantes et Reims »

16h-16h15 : Pause

16h15-17h : Discussion, animée par Isabelle Backouche (Historienne, Directrice d’étude, EHESS)

17h10-18h30 : Ecoute de 2 épisodes du documentaire sonore « Corps sales // Ville sèche » coréalisé par Sophie Richelle (Historienne, Université Libre de Bruxelles) et Pauline Bacquaert (Historienne, Université Libre de Bruxelles).
Cee écoute sera suivie d’un échange avec Pauline Bacquaert, co-réalisatrice.

VENDREDI 2 DECEMBRE 2022

 8h45-9h15 : Accueil café au Logis du Roy

Partie 2. L’offre de douches dans la ville contemporaine

9h15 : Introduction de la session par Lucie Bony (Géographe et sociologue, Chargée de recherche, CNRS)

9h30-10h Marie Chabrol (Géographe, Maîtresse de conférences Université de Picardie Jules Verne) : « Où se doucher dans une ville sans bains-douches municipaux ? Géographie sociale de l’offre de douches associatives à Amiens »

10h-10h30 : Elise Roche (Géographe et urbaniste, Professeure Institut d’urbanisme de Lyon) « Glisser des bains-douches municipaux à une gestion associative de l’accès à l’hygiène »

10h30-11h : Arnaud Lemarchand (Économiste, Maître de conférences HDR Université du Havre) : « Entre invisibilité et usages transgressif, quelle offre de douche pour les travailleurs saisonniers ? »

11h-11h15 : Pause

11h15-11h45 : David Frati (docteur en urbanisme, Laboratoire Mosaïques, Paris Nanterre) « Aller en ville pour prendre une douche : tactiques d’hygiène du corps chez des habitants pauvres du désert de La Posa, Arizona »

11h45-12h30 : Discussion, animée par Pascale Pichon (Sociologue, Professeure Université Jean Monnet Saint-Etienne)

12h30-13h30 : Déjeuner au Logis du Roy, salle de restaura1on
13h30-13h45 : Accueil café au Logis du Roy, salle du Sagiaire

Partie 3. Des projets d’établissements aujourd’hui : quel système d’acteurs ?

13h45 : Introduction de la session Judicaëlle Dietrich (Géographe, Maîtresse de conférences Université Lyon 3)

14h-14h30 : Julie Bernard (LALCA), Marina Chauliac, anthropologue, (EHESS/CNRS/DRAC Auvergne-Rhône-Alpes), Florent OTHELLO (LALCA) : “Se laver en temps précaire, question d’intimité ou de santé publique ? Le passé et l’avenir des bains-douches de Lyon “

14h30-15h : Lucie Bony (Géographe et sociologue, Chargée de recherche, CNRS), Marie Chabrol (Géographe, Maîtresse de conférences Université de Picardie Jules Verne) : « “Des projets de bains-douches portés par la société civile. Exemples à Saint-Denis (93) et Bruxelles (Belgique)”.

15h-15h50 : Discussion et conclusion des journées d’étude, animées par Judicaëlle Dietrich (Géographe, Maîtresse de conférences Université Lyon 3)

 

 

 

 



Citer ce billet
Lucie Bony (2022, 28 novembre). Journées d’étude – Gouverner les services sociaux locaux à l’articulation du public et du privé. L’exemple des bains-douches. Thermapolis. Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ur9x

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search