Publications hors des bains

Parce que l’équipe Thermapolis s’intéresse aux bains-douches, mais pas seulement… Nous avons le plaisir de vous informer de la sortie de trois ouvrages écrits par des membres de l’équipe : 

Elise Roche, 2023, Reloger les habitants de bidonvilles : un urbanisme en marge, Presses Universitaires de Rennes.

http://triangle.ens-lyon.fr/spip.php?article11099

Cet ouvrage présente une analyse du traitement contemporain des bidonvilles en France. Il s’appuie sur une enquête qualitative menée dans les années 2010 en banlieue parisienne, à Saint-Denis (93). Les dispositifs de relogement, fortement entrepris et soutenus localement, sont pourtant souvent présentés comme des échecs par les acteurs eux-mêmes. Il s’agit donc de comprendre ce paradoxe : celui d’un engagement institutionnel contre le mal-logement qui se solderait malgré tout par la production d’un habitat précaire, un « quasi-bidonville ». Pour ce faire, cet ouvrage tente d’expliquer la persistance de la question des bidonvilles dans les périphéries des grandes agglomérations. Il entend également saisir la prégnance de l’urgence dans le traitement des « campements », et comprendre comment celle-ci est traversée par des logiques d’ethnicisation. Par une approche inspirée des études urbaines, et nourrie des analyses relatives à la ville néolibérale, ce livre entend proposer une lecture nouvelle des dispositifs de relogement de bidonvilles en proposant une analyse des effets locaux des politiques migratoires et des politiques de logement ou d’hébergement

Claire Lévy-Vroelant, 2023, Les absents. Cobert Créange, un partisan de la Mémoire, Editions Creaphis.

http://www.editions-creaphis.com/fr/catalogue/view/1273/les-absents/?of=0

Le 16 août 1942, deux enfants cachés sur le bord de la route voient disparaitre leurs parents dans une voiture allemande. Robert et Françoise, alors âgés respectivement de 11 et 13 ans, attendront en vain leur retour. La sociologue Claire Lévy-Vroelant recueille le récit de vie de Robert Créange, grande figure d’un engagement politique et pour la mémoire de la déportation. Le 16 août 1942, non loin de la ligne de démarcation, deux enfants cachés sur le bord de la route voient disparaitre leurs parents dans une voiture allemande.
Robert et Françoise Créange, alors âgés respectivement de 11 et 13 ans, attendront en vain leur retour. Comment survivre à des questions qui n’obtiendront jamais de réponse ? Comment mener sa vie quand elle est précocement chargée d’un tel héritage ? Comment dire, comment raconter ? Et pourquoi, pour qui le faire ? Françoise Créange a déposé son témoignage au Mémorial de la Shoah en 1997, elle a accompagné son frère aux commémorations et aux cérémonies où il officiait, elle a relu ses discours sans pour autant développer son goût pour le souvenir.
Robert, lui, en a fait sa raison de vivre. Il a fini par accepter, trois quarts de siècle plus tard, de raconter sa vie à une sociologue obstinée. La sociologue se trouve être une lointaine parente de la famille Créange-Salomon. Cousine éloignée, d’une génération plus jeune mais nourrie des mêmes images, mêmes clichés, mêmes plaisanteries et mêmes silences face à un passé indicible. Une première intrigue se noue ici, dans la construction progressive, entre les deux protagonistes, d’un espace de paroles singulier.

Marie Chabrol (et al.), 2022, Gentrification. Views from Europe, Berghan Editions.

Traduction en anglais de l’ouvrage paru aux Editions Amsterdam

https://www.berghahnbooks.com/title/ChabrolGentrifications

Hipsters, bobos, yuppies, gentrifieurs… Les termes ne manquent pas pour qualifier les nouvelles populations qui s’approprient les quartiers centraux anciens de certaines métropoles au détriment des habitants populaires. Mais cette profusion empêche de comprendre le phénomène : comment dépasser les oppositions binaires entre gentrifieurs et gentrifiés ? Quels sont les moteurs, les logiques et les enjeux de la gentrification ? Est-elle vraiment inéluctable ?

Ancrée dans des contextes précis – historiques et géographiques, économiques et politiques –, elle s’incarne dans des bâtiments, des commerces, des groupes sociaux, des pratiques et des esthétiques propres aux lieux dans lesquels elle se déroule. Pour cette raison, elle est irréductible à une mécanique simple et identique d’une ville à l’autre, d’un quartier à l’autre. À travers l’exploration de la diversité des formes, des lieux et des acteurs de la gentrification dans une dizaine de villes européennes (parmi lesquelles Paris, Montreuil, Lyon, Grenoble, Roubaix, Barcelone, Lisbonne, Sheffield) cet ouvrage se propose donc de définir l’« ADN » de la gentrification : un rapport social d’appropriation de l’espace urbain, mettant aux prises des acteurs et des groupes inégalement dotés.



Citer ce billet
Lucie Bony (2023, 6 mars). Publications hors des bains. Thermapolis. Consulté le 13 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ur9y

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search