La place des bains-douches publics dans la construction de la ville (26/02/2020)

Une journée de séminaire organisée par le groupe LALCA, groupe de recherche et de création, en partenariat avec le laboratoire LAURe de l’ENSAL et le RIZE de Villeurbanne, le 17 décembre 2019.

Claire Lévy-Vroelant viendra mettre en perspective les méthodes et résultats de la recherche réalisée dans les bains-douches parisiens avec les travaux de recherche-création menés par LALCA à Lyon.

https://www.biennaledelyon.com/agenda/et-si-les-bains-douches-etaient-le-centre-du-monde-2/

Au croisement des champs disciplinaires de la création artistique et de la recherche urbaine, LALCA traverse les territoires de la métropole lyonnaise pour expérimenter et cartographier la ville avec les personnes en situation de mobilité, de précarité ou d’invisibilité et ainsi éclairer avec eux certaines réalités urbaines. La démarche de recherche par l’expérience portée par LALCA se fonde sur les récits de vi(ll)es : entendre, comprendre et enregistrer les histoires et les expériences des personnes en temps précaire, pour participer à l’émergence d’une connaissance « par le bas », susceptible de déplacer nos modes d’habiter et l’ensemble des pratiques urbaines.
Depuis 2018, le groupe LALCA installe son projet Hospitalité(s) devant les derniers bains-douches de la métropole lyonnaise, autour d’une question poétique « Et si les bains-douches étaient le centre du monde ? », question qui se veut à la fois une hypothèse et une manière de faire acte.
Alors que la disparition des bains-douches publics des centres villes semble intimement liée au développement des salles de bains individuelles (Frioux), il s’avère pourtant que leur fréquentation ne tend pas à diminuer ; à Lyon, dans l’unique bains-douches installé aux marges de la ville, on compte en moyenne 300 utilisateurs/jour. Ce paradoxe révèle en creux l’absence de prise en compte par les pouvoirs publics de toute une partie de la population, fragilisée dans l’accès à ses besoins élémentaires et contrainte donc de se déplacer pour survivre (travailleurs précaires, migrants, sans-abris…). Cet ultra-nomadisme volontairement mis au banc des réflexions urbaines, relégué aux confins géographiques et sociales de la métropole, fait pourtant ville, urbanité en mouvement, qui s’immisçant dans les mailles serrées, figées et administrées du cadastre (Échelle Inconnue), dessine la carte virtuelle d’une ville à l’oeuvre. Si habiter n’est pas qu’avoir un toit sur la tête (Breviglieri), nous pourrions l’envisager comme la connexion (Paquot) à l’ensemble des différents « besoins » de l’être humain : dormir, manger, se
laver, s’habiller, s’aimer, etc. Les personnes ne vivant pas dans un logement conventionnel (qui rassemble tous ces besoins) doivent trouver des lieux pour accueillir ces multiples besoins.
Souvent ces lieux ne permettent de répondre qu’à un seul besoin spécifique de l’habiter et se retrouvent dispersés sur le territoire d’une ville. Cet habiter fragmenté implique des déplacements et place l’espace public au coeur de l’habiter ; nous parlons alors d’habiter éclaté.
Dans cette morphologie constellaire de l’habiter imposée par la fragmentation des différents besoins de celui-ci, les bains-douches apparaissent comme un des points d’ancrage de ces villes en mouvement. Tout d’abord parce que l’on y trouve une centralité avec soi-même, la possibilité de se (re)construire et parce qu’ils sont un lieu indispensable dans la construction de son rapport à l’Autre.
En se fiant à la définition de la santé par l’OMS pour qui celle-ci est un état complet de bien-être mental physique et psychologique, les bains-douches pourraient, nous semble-t-il, être considérés comme un lieu de santé, indispensable à la société. Ensuite l’hospitalité des bains-douches dépasse le simple cadre de permettre aux plus fragiles de conserver un minimum d’autonomie (Raffestin), pour s’enrichir d’usages non-prévus (et sans doute non désirés par la ville) qui s’y développent par une réelle appropriation des lieux. C’est cette richesse de l’hospitalité, presque involontaire mais effective, qui va bien au-delà de l’acte de se laver dont nous souhaiterions également discuter.

Une journée de rencontre-étude
Autour de sa recherche, LALCA souhaiterait vous inviter à venir témoigner de vos expériences, connaissances du sujet, en réagissant directement à nos questionnements sous forme d’un atelier participatif organisé autour de notre cas singulier les bains-douches Delessert à Gerland, programmé le 17 décembre prochain au RIZE

Déroulé
Accueil des participants (de 10h à 10h30)
Présentation et partage du travail de LALCA (de 10h30 à 12h30)
Échanges et discussions (de 13h30 à 16h30)

Chacun, à partir de ses recherches et connaissances, pourra se saisir du sujet et apporter une réflexion sur la base des échanges du matin mais aussi autour de quelques questionnements soulevés par le projet de LALCA :

  • L’utilisation du terme « précarité » nous pose de nombreuses questions. Une situation de précarité ou un temps précaire ? De quelle manière est-il possible de nommer ces usagers des bains-douches sans les classer du côté des « sans » (sans domicile, sans ressources, sans salle de bains, etc.) ?
  • Malgré la déclaration de l’ONU du début du 21e siècle qui précise que le droit à l’eau potable et à l’assainissement est un droit de l’homme, essentiel à la pleine jouissance de la vie et à l’exercice de tous les droits de l’homme (résolution 64-292.48 adopté de 28 juillet 2010), il apparaît encore aujourd’hui que de nombreuses personnes n’ont pas accès à une eau de qualité, et à fortiori à l’hygiène. Comment les pouvoirs publics se saisissent-ils de la problématique d’accompagnement de toutes les populations, et surtout les plus fragiles, dans la quête de soin de soi-même ? Nous souhaiterions aborder ici la notion d’hygiénisme contemporain et urbain et les terminologies pour parler de santé, de droit à l’eau etc.
  • Enfin, les bains-douches Delessert sont relégués aux confins géographiques et sociales de la ville. Nous avons le sentiment qu’ici, dans ce noeud urbain d’où émerge cette ville en mouvement, il se passe quelque chose susceptible de nous permettre de concevoir la ville différemment. En ce sens, qu’est-ce que les bains-douches ont à apporter à la ville ? Comment vont-ils devenir le patrimoine de demain ? Comment valoriser ces lieux dans une ville inclusive, hospitalière ?

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Lucie Bony (10 décembre 2019). La place des bains-douches publics dans la construction de la ville (26/02/2020). Thermapolis. Consulté le 13 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ur98


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search