Les bains-douches dans la crise sanitaire

Les bains-douches jouent un rôle clé durant la période de confinement que connaît la France en raison de l’épidémie de Covid-19 (printemps puis automne 2020), permettant l’accès à l’eau et à l’hygiène aux populations les plus précaires.

Nombre d’entre eux sont restés ouverts : à Saint-Étienne (et rendus gratuits), ainsi qu’à Paris, Lyon, Boulogne-sur-mer, Rennes ou Nantes par exemple.

Pour un récit du quotidien des bains-douches Delessert (Lyon) pendant le confinement, écouter ce montage sonore (réalisé par LALCA).

Ci-dessous, un reportage en images du quotidien du bain-douche de Rennes pendant le confinement du printemps 2020 (publié dans Ouest-France, le 18/04/2020) ; et un reportage réalisé dans un bains-douche parisien à l’automne 2020 (publié par France Bleue, le 18/11/2020)

À Rennes, les bains douches de la piscine Saint-Georges restent ouverts

Depuis le début du confinement, la piscine Saint-Georges est fermée. En revanche, pour permettre aux personnes sans abri de se laver, les bains douches restent ouverts les samedi et lundi matins.

https://media.ouest-france.fr/v1/pictures/MjAyMDA0NWU4MjgzNjgxYjFmNDkzNmQxMzcwZDBmMWVmNWVhMjE?width=630&focuspoint=50%2C25&cropresize=1&client_id=bpeditorial&sign=3af51312dd07084c1d07ca28c08ee5728b5bfa809083b5402c35c60b4e2ff91b
Alberic accueille les personnes qui souhaitent prendre une douche. Du shampoing et des serviettes sont mis à disposition. | LUCIE WEEGER

La crise du coronavirus impose toutefois de nouvelles règles. L’entrée se fait sur le côté de la piscine et un circuit a été tracé pour respecter la « distanciation sociale ». « Je suis toujours à au moins 4 mètres des personnes qui arrivent », indique Albéric, un agent de la ville qui, avec un collègue, assure l’accueil.

https://media.ouest-france.fr/v1/pictures/MjAyMDA0YzY2N2RhNTMxZTIxYzZiOWFmNjViOGFiNmVmODE0ODg?width=630&focuspoint=50%2C25&cropresize=1&client_id=bpeditorial&sign=7c862775916157d95e90436863b5238b85739346a7d0195f215cf9bee7d2aa38
Les bains douches sont ouverts le samedi et le lundi de 9 h à 12 h. | LUCIE WEEGER

Des serviettes sont mises à disposition. « Nous les récupérons après usage pour les mettre aussitôt dans la machine à laver. » Dès qu’une douche a été utilisée, le rideau est tiré pour éviter qu’une autre personne ne s’y rende. « Nous faisons très attention, insiste Albéric. Lorsque les bains douches ferment à midi, nous appliquons du produit pour nettoyer et désinfecter. Le matin, avant l’ouverture, nous rinçons tout ». Pour le moment, il n’y a pas beaucoup de passage. La piscine étant fermée, certains peuvent penser que l’accès aux douches est lui aussi interdit…

https://media.ouest-france.fr/v1/pictures/MjAyMDA0NDUyMjE4YzkyNTEzMTg0YjgxMTRjYjVkZTZjMGU2MTI?width=630&focuspoint=50%2C25&cropresize=1&client_id=bpeditorial&sign=4550e66992a901df1960ebc9887c8594a1e3b708611dd69aa2906132d4bc265d
Les douches sont nettoyées et désinfectées après chaque passage. | LUCIE WEEGER

« C’est important que les gens en difficulté, les personnes sans abri, sachent que les bains douches sont ouverts », souligne l’agent municipal. Heureux de « rendre service », Albéric compte sur le bouche-à-oreille pour diffuser l’information. « Les gens sont contents de pouvoir venir. Et moi je suis content de travailler pour ça. Je me sens utile, dit-il encore. Ce matin, une personne m’a demandé combien elle devait pour une douche. J’ai répondu que ça lui coûtait juste un sourire… » Les bains douches de la piscine Saint-Georges sont ouverts le samedi et le lundi, de 9 h à 12 h.


Crise sanitaire : la fréquentation des bains-douches pour les plus démunis a fortement augmenté à Paris

Conséquence de la crise sanitaire à Paris : les bains-douches municipaux ne désemplissent pas. Bien au contraire. Leur fréquentation a augmenté jusqu’à 50% par rapport à l’an dernier et ils accueillent de nouveaux profils parmi les plus démunis.

Les bains municipaux, rue Oberkampf, reçoivent 300 visites par jour, soit 100 de plus qu'avant la crise sanitaire
Les bains municipaux, rue Oberkampf, reçoivent 300 visites par jour, soit 100 de plus qu’avant la crise sanitaire © Radio France – Nathalie Doménégo

Il existe dix-sept bains-douches municipaux dans Paris. Tous sont restés ouverts durant ces deux confinements. Et les agents de la direction du territoire à la ville de Paris qui gère ces sites ont vu de plus en plus de personnes faire la queue sur le trottoir pour bénéficier d’une douche gratuite.

Aux douches municipales d’Oberkampf (42 rue Oberkampf ; 75011), l’un des sites les plus importants de Paris,  55 douches sont réparties sur deux étages. Construites en 1932, elles sont toujours dans leur jus, en brique et mosaïque blanche, mais n’ont jamais rencontré une telle fréquentation.  “On tournait avec 200 personnes environ chaque matin, avant la crise du Covid, mais on est désormais à plus de 300 aujourd’hui”, constate Alexandre Gilbert, directeur des Bains Douches, direction du territoire, pour la mairie de Paris, “voire 500 personnes le week-end”. 

Dès l’ouverture, à 7h30, le matin, il y a la queue sur le trottoir et les agents sont obligés de filtrer à l’entrée pour faire respecter la distanciation poursuit-il. “Il y avait déjà du monde avant, mais là, c’est blindé. Il y a surtout des SDF, des migrants, et même des étudiants qui n’ont pas forcément de douche chez eux étant donné le prix des logements à Paris”.

Le pressing est gratuit pour les personnes à la rue. Elles peuvent récupérer leurs vêtements 48 heure après les avoir déposés, grâce à l'association Onze Mille Potes
Le pressing est gratuit pour les personnes à la rue. Elles peuvent récupérer leurs vêtements 48 heure après les avoir déposés, grâce à l’association Onze Mille Potes © Radio France – Nathalie Doménégo

Une fréquentation jamais atteinte depuis longtemps

Les bains-douches, créés dans la première moitié du XXè siècle, ont été conçus pour un public populaire, pas forcément marginalisé. Leur fréquentation a continuellement baissé dans la seconde moitié du XXè, grâce à l’amélioration du confort des logements parisiens, pour n’atteindre plus que 300.000 douches annuelles à la fin des années 90.  Un chiffre désormais multiplié par trois.

Chacun de ces bains municipaux travaillent en lien avec une association de quartier. Raison pour laquelle les bains douches d’Oberkampf proposent des services annexes : un pressing où les personnes démunies peuvent récupérer leurs vêtements propres 48 heures après les avoir déposés. Elles peuvent également bénéficier d’une conciergerie : des casiers fermés à clé, pour y déposer leurs affaires ou leurs papiers de valeur, pour une période maximum de trois mois renouvelables explique Léa Filoche, adjointe à la Maire de Paris en charge des solidarités, de la lutte contre les inégalités et contre l’exclusion. 

Enfin au dernier étage, c’est un lieu d’accueil qui se veut convivial, agrémenté d’un canapé, d’une table, et d’une bibliothèque : lors des maraudes, les personnes à la rue sont invitées à venir trouver ici soutien et chaleur. Des ateliers de création artistique sont même proposés. Ces services sont gérés par les cinquante bénévoles de l’association Onze mille potes.

De plus en plus de jeunes qui travaillaient à leur compte, “ubérisés” se retrouvent à la rue

Les associations d’aide aux plus démunis constatent également l’arrivée de nouveaux profils explique François Vauglin, maire PS du 11è arrondissement : “La paupérisation frappe des populations qui n’étaient pas encore touchées. Les associations voient des publics qu’elles ne voyaient pas encore jusqu’ici. Notamment _des jeunes à leur compte, “ubérisés”_. Tout en étant inséré dans la société, ils se retrouvent sans aucun filet de protection sociale. C’est une vraie prise de conscience. Cela doit nous interroger pour l’avenir”.

De son côté, Léa Filoche tient à alerter le gouvernement :“tous les marqueurs sont au rouge, que ce soit l’augmentation du nombre de demandeurs d’emploi, du nombre de bénéficiaires du RSA, la fréquentation de l’aide alimentaire ou des bains-douches. _Il faut que l’Etat agisse vite. On ne peut pas seulement compter sur les collectivités locales_


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Lucie Bony (15 avril 2020). Les bains-douches dans la crise sanitaire. Thermapolis. Consulté le 13 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ur9b


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search