Quand l’eau et les bains s’exposent

Deux expositions abordant la question des bains-douches sont à découvrir en ligne, ainsi qu’une 3ème en préparation…

Bordeaux-les-Bains. Les bienfaits de l’eau XVIIIe-XXe siècles

Exposition à retrouver sur le site des Archives Bordeaux Métropole.

Tour à tour convoitée, redoutée, maltraitée, domestiquée, l’eau – un des quatre éléments naturels de la culture occidentale – redevient un élément fondamental de l’hygiène au XVIIIe siècle. Elle est un bien précieux dont se multiplient ainsi les usages au fil du temps : l’eau qui lave, l’eau qui soigne, l’eau qui fortifie, l’eau qui délasse.
Et si l’histoire de Bordeaux est intimement liée à celle de son fleuve, c’est bien l’eau qui en constitue l’essence même. Depuis l’Antiquité, les Bordelais se baignent dans la Garonne. À partir du XVIIIe siècle, les pratiques évoluent et les techniques se développent : des bains flottants sur le fleuve aux bains-douches dans les quartiers, des établissements d’hydrothérapie à la natation en piscine. Dans cette incroyable aventure, les sieurs Maillot et Rivière, entrepreneurs aux noms prédestinés, écrivent, comme de nombreux autres acteurs, les pages de cette histoire méconnue.
A ce sujet, un article du journal Sud-Ouest (10 janvier 2021) : Bordeaux-les-Bains quand la ville se met à l’eau

C’est du propre ! L’hygiène et la ville depuis le XIXè siècle

Exposition à retrouver sur le site du Musée d’histoire urbaine et sociale de Suresnes.

 

Cette exposition montre l’apparition de l’hygiène pour lutter contre les miasmes et les épidémies qui décimaient la région parisienne.

En ville, le tout à l’égout est installé, le préfet Poubelle réglemente les ordures sur la voie publique et des normes d’urbanisme orientent l’architecture pour amener l’air et le soleil à tous les étages. Le culte du corps sain fait fleurir des bains-douches dans Paris et sa banlieue et une propagande hygiéniste vantant les mérites des infirmières visiteuses, du timbre antituberculeux et d’une toilette quotidienne rythment la vie des français du XIXsiècle. L’assainissement de l’air devient alors un sujet sociétal tandis que les scientifiques se stimulent dans la quête d’un remède à la tuberculose.
Ces moyens mis en place permettent, à l’orée de la Deuxième Guerre mondiale, une quasi disparition de la tuberculose rendant moins nécessaires l’architecture hygiéniste et la prophylaxie développées par les hygiénistes.

Saison 7: « Les bains publics au musée #1 »

Retrouvez aussi sur le Carnet Hypohtèses de Sophie Richelle, historienne réalisant une étude des bains-douches en Belgique, le récit du montage d’une exposition à venir… A suivre !


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Lucie Bony (23 mars 2021). Quand l’eau et les bains s’exposent. Thermapolis. Consulté le 13 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ur9g


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search