Rencontre franco-belge autour des bains-douches (19/11/2021)

Suite à de précédentes rencontres, nous avons invité le 19 novembre 2021 Sophie RICHELLE et des membres de l’équipe HyPer (Pauline BACQUAERT, Jean-Michel DECROLY, Chloé DELIGNE et Valentina MARZIALI) pour qu’ils nous rendent compte de l’avancée de leurs travaux sur les bains-douches en Belgique.

Le projet Hyper (Hygiène Personnelle) est financé par la région bruxelloise (Innoviris – « Rendre visible l’invisible »), pour une durée de 4 ans. Ses objectifs sont les suivants :

  1. Caractériser les différents profils de personnes qui se retrouvent en vulnérabilité hydrique ; évaluer leur nombre
  2. Enquêter sur les lieux et les dispositifs qui permettent aux personnes en situation de vulnérabilité hydrique d’avoir accès à l’eau
  3. Enquêter sur les pratiques de ces personnes, les obstacles qui se présentent à elles, les contournements, détournements
  4. Les pistes et voies possibles de changements souhaitables

Plusieurs publications sont d’ores et déjà accessibles :

  • Xavier May, Pauline Bacquaert, Jean-Michel Decroly, Léa de Guiran, Chloé Deligne, Pierre Lannoy et Valentina Marziali, « Pourquoi ne pas en finir avec la tarification progressive de l’eau à Bruxelles ? », Brussels Studies [En ligne], Collection générale, n° 156, mis en ligne le 09 mai 2021, consulté le 28 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/brussels/5494 ; DOI : https://doi.org/10.4000/brussels.5494
  • Bacquaert P., Marziali V., « L’aridité des communs : visages de la précarité hydrique », Bruxelles en Mouvements, nº 304 « Bruxelles à l’épreuve de l’eau », janvier-février 2020.
  • Bacquaert P., « La vulnérabilité hydrique ou la nécessité de repenser une continuité entre le logement et les espaces publics », Le soir, https://plus.lesoir.be/339928/article/2020-11-28/la-chronique-de-carta-academica-la-vulnerabilite-hydrique-ou-la-necessite-de

D’autres publications sont prévues, ainsi qu’une exposition (Oh, ça ne coule pas de source, Bruxelles, 15 octobre 2021 – 26 juin 2022) et la réalisation d’un documentaire sonore.


Sophie Richelle nous présente les principaux résultats de sa recherche dont on a pu suivre l’avancée sur son Carnet de recherche “Bains-Douches : l’enquête“.

Sa recherche porte sur les villes de Bruxelles, Liège, Anvers et Gand. Elle repose sur des sources diverses :

  • Publications des organes administratifs officiels de la ville (bulletins communaux…)
  • Archives des administrations communales
  • Presse
  • Entretiens avec d’ancien.nes usager.es et employé.es

Alors que l’histoire des bains-douches se focalise systématiquement sur le 19ème siècle, sa recherche montre que l’histoire des bains-douches se déroule essentiellement au 20ème siècle.

Sa recherche suit l’histoire de l’ensemble des bains-douches des villes étudiées (de leur ouverture à leur fermeture) et l’évolution de la fréquentation des établissements. Celle-ci est notamment mise en perspective avec la progression, variable selon les territoires, de l’équipement des logements en salles de bain.

Son travail aborde également l’évolution des conditions de travail des agents (pénibilité), l’encadrement des pratiques (principe de surveillance et de pudeur) ainsi que les expériences des usagers marquées par les inégalités sociales et genrées.

Une première publication des résultats de cette recherche est disponible :
Richelle Sophie, 2021, « Ce que « se laver » signifie : histoire de pratiques et d’expériences. Le cas des bains-douches des charbonnages belges (1911-1950) », Le Mouvement Social, vol. 275, no. 2, pp. 73-92.


Pauline Bacquaert nous présente ensuite les résultats d’une étude menée sur l’accès à l’eau dans l’espace public bruxellois pendant la crise sanitaire du Covid 19 (2020-2021).

Elle montre d’une part que la crise e eu des effets variables selon les périodes considérées : alors que l’offre de douches a totalement disparu pendant le premier confinement (mars-avril 2020), les associations et services publics se sont davantage adapté et ont pu maintenir, totalement ou partiellement, leurs activités lors du reconfinement partiel de novembre 2020. L’offre « informelle » (douches chez l’habitant, douches non destinées à des personnes en rue telles que les douches de gymnases, de piscines etc.) a été plus durablement touchée, même si de nouvelles initiatives ont pu émergé. Pauline Bacquaert souligne ainsi l’ambivalence des effets de la crise sanitaire, qui a fortement limité l’action des associations tout en étant à l’origine d’initiatives et de démarches de solidarité inédites (réquisition d’hôtel, ouverture de centres d’hébergement, de salles de sport, moratoire sur les expulsions).  

Nous nous interrogeons finalement sur les répercussions de la crise à long terme, tant sur l’organisation du secteur formel et informel d’accès à l’eau que sur les pratiques des personnes à la rue en situation de vulnérabilité hydrique.


La présentation de Valentina Marziali traite enfin spécifiquement des personnes logées en situation de vulnérabilité hydrique. Elle donne à voir différentes raisons pour lesquelles ces personnes, qui disposent pourtant de salle de bain et d’eau courant sur leur lieu de vie, rencontrent des difficultés pour accéder à l’eau. Trois exemples sont développés : les coûts liés à une fuite soupçonnée ou vérifiée, ceux liés à l’impossibilité de payer des factures et ceux liés à la spécificité des compteurs collectifs (qui complexifient encore davantage la gestion des factures). Dans chaque cas, Valentina Marziali analyse les logiques d’action des personnes enquêtées face aux différents problèmes, et montre les écarts entre ce qu’énonce théoriquement le droit et les pratiques concrètes observées.


La journée se termine sur des échanges relatifs à des perspectives de recherche partagées (notamment la réalisation d’enquêtes à Bruxelles par des membres de Thermapolis), ainsi que des publications communes (numéro de revue, mise à jour de la page Wikipedia portant sur les bains-douches etc.).



Citer ce billet
Lucie Bony (2021, 22 novembre). Rencontre franco-belge autour des bains-douches (19/11/2021). Thermapolis. Consulté le 13 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ur9l

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search