Membres de l’équipe

Marie Chabrol assure la responsabilité scientifique du projet THERMAPOLIS. Géographe, Maîtresse de conférences à l’Université de Picardie-Jules-Verne (Amiens), elle a soutenu en 2011 une thèse sur les transformations du quartier de la Goutte d’Or à Paris. Spécialiste des quartiers populaires anciens, elle a co-écrit l’ouvrage Gentrifications (2016) et publié plusieurs articles et chapitres d’ouvrages. Elle a participé à trois programmes comparatifs de recherche, dans lesquels elle a mené des enquêtes à Paris et à Bruxelles, ville où elle a tissé des liens avec d’autres chercheurs engagés sur les mêmes thématiques. Elle a organisé, avec Lucie Bony, deux journées internationales d’étude sur les tensions entre « ville dissuasive » et « ville solidaire » (à Amiens, en décembre 2019) suivies d’un appel à article dans la revue Espace Populations Sociétés (2020).

Lucie Bony, géographe et sociologue, est chargée de recherche au CNRS (UMR 5319 Passages) depuis 2016. Autrice de plusieurs articles et chapitres d’ouvrages, elle travaille sur la vulnérabilité résidentielle à la croisée de deux champs de recherche : la ville et la prison. Elle a contribué à la recherche « La solidarité en actes. Les bains-douches municipaux de Paris » coordonnée par Claire Lévy-Vroelant, avec laquelle elle a co-organisé le colloque international « Accès à l’eau, à l’hygiène et au bien-être dans les métropoles : les bains-douches, équipement du passé ou aménité du futur ? » et une journée d’étude dont les actes seront publiés en 2021 aux Editions de l’Ined (Eau et précarités du monde contemporain. Perspectives européennes coordonné coordonné avec Claire Lévy-Vroelant et Marie Tsanga-Tabi).

Judicaelle Dietrich, géographe, est MCF à l’Université Lyon 3 Jean Moulin et membre du laboratoire Environnement Ville Société – UMR 5600. Ses travaux ont d’abord porté sur la pauvreté dans des métropoles des Suds, Conakry et Jakarta, où la question de l’accès à l’eau a fait l’objet d’investigations poussées, depuis les usages individuels à la gestion néolibérale de la ressource et de sa distribution. Depuis 2016, ses travaux interrogent les modalités de gestion des inégalités dans le contexte de métropolisation de la région Lyon-Saint Etienne et les mobilisations associées.

Linda Guerry, historienne, est chercheuse associée au LARHRA-UMR 5190 et fellow de l’Institut Convergences Migrations. Elle a notamment publié Le genre de l’immigration et de la naturalisation (1918-1940) (ENS Éditions, Lyon, 2013). Elle a effectué plusieurs postdoctorats au Canada (2009-2015). Ses travaux portent sur l’histoire du genre des politiques migratoires et d’accès à la nationalité dans une approche d’histoire sociale et transnationale au cours du XXème siècle. Elle travaille actuellement sur l’émergence, la circulation et la mise en pratique des normes genrées liées à la protection des migrant.es et au regroupement familial. Elle est membre du projet BainsMigr (Institut Convergences Migrations, 2021-2022) qui interroge les liens entre les problématiques migratoires et l’institution des bains-douches en Auvergne-Rhône-Alpes au cours du XXème siècle.

Arnaud Lemarchand, économiste, est MCF-HDR à l’Université du Havre. Ses recherches portent sur l’économie urbaine dans la mondialisation, les villes portuaires, les groupes minoritaires, le travail et l’habitat mobiles et particulièrement sur les travailleurs détachés (Lemarchand, 2011). Il fait partie du réseau scientifique TERRA (Travaux, Études, Recherches sur les Réfugiés et l’Asile) et du Forum Vies Mobiles.

Claire Lévy-Vroelant est professeure émérite de sociologie à l’Université Paris 8 et chercheuse associée à l’Ined. Ses travaux portent notamment sur les formes de logement précaires et non ordinaires. Depuis plusieurs années, elle s’intéresse aux lieux d’externalisation de la sphère domestique : laveries automatiques, vestiaires, bains-douches. En 2017, elle a coordonné l’enquête par questionnaire sur les usagers des bains-douches parisiens « La solidarité en actes. Les bains-douches municipaux de Paris ». Elle a publié plusieurs articles sur l’accès à l’eau.

Elise Roche, géographe, est MCF en urbanisme à l’INSA de Lyon, rattachée au laboratoire Triangle. Elle travaille depuis 2011 sur les enjeux d’accès au logement des populations migrantes. Elle a publié sur les politiques de relogement de bidonvilles en région parisienne et lyonnaise, qui l’ont conduite à observer les dispositifs sanitaires mis à disposition de manière temporaire. Elle travaille aujourd’hui sur les enjeux de l’hébergement privé de populations « exilées », dont le parcours témoigne souvent de difficultés d’accès aux ressources hydriques.

Alex Soares est l’auteur d’un mémoire de Master intitulé « Les bains-douches municipaux de Paris comme instrument peu connu de l’hygiénisation de la société et de la moralisation des masses depuis le tournant du XIXe et du XXe siècle«  sous la direction de Claire Lévy-Vroelant.

Federica Zanantonio Martin est l’autrice d’un mémoire de Master intitulé « Ethnographie d’un bain public de Turin : Espaces, eau et émotions », réalisé sous la direction de Claire Lévy-Vroelant.


Les investigations à l’étranger sont pilotées par des chercheuses locales, en collaboration avec des équipes partenaires et au moins l’un des membres français de l’équipe :

Chloé Deligne est historienne à l’Université Libre de Bruxelles (ULB). Chercheuse qualifiée du Fonds de la Recherche scientifique depuis 2006, elle a développé des recherches sur les dimensions sociales et politiques de la transformation des espaces urbains. Elle est assistée par Sophie Richelle, post-doctorante financée par le FNRS pour réaliser une étude historique des bains-douches bruxellois et par une équipe de 7 chercheurs et chercheuses qui mènent une enquête sur l’accès à l’eau aujourd’hui dans l’espace public à Bruxelles.

Rossella Maspoli, architecte, est professeure d’architecture et de design au Politecnico de Turin. Elle effectue des recherches sur les techniques de l’architecture historique et moderne, et les enjeux de l’entretien des sites avec des étudiants, elle a réalisé un inventaire patrimonial des bains-douches à Turin et poursuit ce travail en analysant les usages sociaux de ces lieux, les défis techniques liés à la préservation du patrimoine et à la (re)mise en circulation des mémoires, l’efficience des systèmes d’adduction, les formes participatives d’innovation culturelle qui se jouent dans ces lieux.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search